Accueil
Le quotidien du droit en ligne
Envoyer à un ami-A+A
Reportage 

C’était, paraît-il, le dernier procès des nationalistes corses

Huit hommes ont été jugés, du 11 au 22 juin dernier, par la cour d’assises spécialement composée pour des attentats contre des maisons en 2012. Six ont été condamnés dont trois incarcérés. Fernand Agostini et Pierre Paoli, principal accusé car présenté comme un ancien chef du FLNC en Corse du Sud, ont été acquittés. Récit d’audience.

par Marine Babonneaule 30 juillet 2018

Les « nuits bleues » de 2012

On dit que les procès corses se terminent souvent ainsi. Les hommes, condamnés et emmenés en prison, hurlent depuis leurs tripes à la cour et à leurs proches un « libertà » puissant, les poings levés et menottés. Ils sont des « prisonniers politiques » avant tout. Les femmes – surtout les mères – pleurent, s’affaissent, crient à l’injustice. Les pères et les frères s’érigent en barrière furieuse, prêts à en découdre avec les gendarmes qui n’ont pas laissé leurs fils embrasser leur mère. Le président de la cour d’assises est déjà parti. Le silence revient.

Le procès de huit nationalistes corses, qui s’est joué du 11 au 22 juin dernier, s’est achevé de cette manière. Mais il a été dit de cette audience qu’elle serait différente. Car elle serait, peut-être, le dernier acte judiciaire de l’histoire mouvementée et violente du nationalisme corse. Solder le passif. Le groupe clandestin Front de libération nationale corse (FLNC) a déposé les armes en 2014, les faits jugés devant la cour d’assises spécialement composée datent de 2012, la Corse et ses représentants veulent tourner la page. Un « procès anachronique » qui concerne « une époque révolue », a affirmé à la barre le président de l’assemblée de Corse Jean-Guy Talamoni. Pour le président du conseil exécutif de Corse, Gilles Simeoni, également appelé comme témoin par la défense, « ce procès apparaît comme le dernier procès de ce cycle […] la paix, c’est aussi un combat ». C’est l’heure de « tourner la page » de la lutte armée.

En mai et en décembre 2012, la Corse va connaître de nouvelles « nuits bleues » : une quarantaine de résidences secondaires vont être endommagées pour certaines, entièrement soufflées pour d’autres. Le FLNC revendique les attentats « de ces derniers jours » au nom de la lutte contre la spéculation immobilière. Sur quelques murs, des tags « FLNC » à la peinture rose. Un renseignement anonyme, une cellule d’enquête de neuf personnes et plusieurs milliers d’heures d’écoutes et de sonorisations plus tard, huit hommes de 30 à 65 ans vont être accusés des faits qui se sont déroulé dans la commune de Valinco, près de Sartène. Certains resteront trois ans en détention provisoire. Ils ont toujours nié faire partie du réseau armé, ils sont dirigeants, membres ou sympathisants du parti Corsica Libera et non, ils n’ont rien à voir avec le plastiquage de maisons – vides. Pierre Paoli, Cyrille Garcia, Laurent Susini, Marc Ganu, Xavier Ceccaldi, Emmanuel Peru, Fernand Agostini et Jean-Pascal Cesari risquent lourd, c’est un procès terroriste. Tourner la page, certes, mais qui le veut réellement ?

Ces hommes taiseux et obstinés sont Corses. Ils l’ont répété à maintes reprises au président de la cour d’assises, Régis de Jorna, qui a, lui, oscillé entre main tendue et terrible agacement. « La Corse a subi la négation de ses droits, de sa langue. Dans les années 80, j’ai pris conscience de m’engager dans un mouvement souverainiste », explique Pierre Paoli, soupçonné d’avoir été le chef du groupe clandestin. À Ajaccio, Paoli, c’est « l’Abbé Pierre ». L’homme, âgé de 65 ans, crâne rasé – ils ont tous la boule à zéro – est réputé pour sa générosité et ses coups de main. Il donne des conseils depuis sa salle de boxe, l’une de ses passions. Un amour qu’il a partagé avec son père, ce « gaulliste convaincu », décoré par le général Patton lui-même, et « corse avant tout ». Les actions du FLNC ? Pour ce membre exécutif de Corsica Libera, candidat aux municipales en 2012, qui a connu une vingtaine de perquisitions dans sa vie, « je suis un acteur économique, on vient me voir pour régler certains problèmes, pour arranger certaines affaires […] Je suis inséré dans la vie de ce pays […] Je cherche si je peux intervenir pour faire du bien, ça peut concerner l’achat d’un terrain, d’un commerce, d’un appartement… je peux ouvrir les portes ». Gilles Simeoni dira de Pierre Paoli qu’il a été l’un « des interlocuteurs de sortie crise ». Son ami Paul Leonetti, autre témoin du procès, va rappeler « le sens de l’honneur et le courage de Paoli. C’est une personnalité forte, juste, connue de tous pour ses engagements politiques » au sein de Corsica Libera et non du FLNC. « Je vois un homme engagé, pas radicalisé », persiste Leonetti. Pour Pierre Paoli, « ce qui est important aujourd’hui, c’est qu’une page de 40 ans soit tournée. La Corse est plus sereine depuis l’arrivée des nationalistes au pouvoir […] J’ai toujours prôné l’arrêt de la clandestinité. En 2014, le FLNC annonce qu’il dépose les armes, j’ai été soulagé ».

À côté, il y a Fernand Agostini, autre membre exécutif de Corsica Libera. Lui, le fan de chasse et de pêche, est surnommé « Coluche » par ses amis car il a « le cœur sur la main ». « J’aime pas voir les gens dans le besoin », dit-il à la cour. Il a été condamné pour port d’armes et plusieurs fois arrêté mais rien de plus. Il a un restaurant, comme son père. « Un grand restaurant ? », demande Régis de Jorna. « Avec un menu et une carte », répond Agostini. Il s’agit en réalité du Relais de Mezzavia, à Ajaccio, présenté comme accueillant depuis longtemps des clients nationalistes.  Il faut parfois batailler pour avoir des réponses. « Je vois pas ce que je fais ici. On m’a dit que j’ai fait des machins attentats, j’ai pas le temps et j’ai pas l’envie ». Marc Ganu a été autrefois mis en cause pour détention d’arme. Il est magasinier, parle peu, « j’ai pas les mots pour expliquer ». Xavier Ceccaldi a 33 ans. Chanteur, guitariste, il a arrêté l’école en 3e et a grandi dans l’ombre d’un père indépendantiste. Il est « militant Corsica Libera ». Pourquoi ?, interroge le président. « Je pense que c’est quelque chose qu’on ressent, je me sens corse, c’est mon pays ». « Et la France ? ». « Non ». Laurent Susini et Cyrille Garcia sont les plus jeunes. Copains comme cochons, ils paraissent les plus acharnés, les plus furieux de ce procès. C’est dans la voiture du second que les enquêteurs ont placé un micro pendant un an. Des tas de discussions d’esbroufeurs sur les armes, sur la « lutte », « le front » et sur le reste d’une vie de jeunes corses. Garcia est passionné de chant, lui aussi. Il fait partie d’un groupe – « A voce rivolta » (« À tue-tête ») – qui anime les soirées locales. À la barre, il est souvent lapidaire. « Chanter dans un salon, c’est un acte militant », « les armes, c’est condamné par votre loi, c’est la vôtre », clame-t-il. « Quelle est votre nationalité ? », interroge le magistrat. « Sur ma carte, il y a écrit français. Mais je suis Corse ». Les deux comparses sont inconnus des services de police. 

« Appartenir à Corsica Libera, ce n’est pas appartenir au FLNC  »

« Juger, c’est comprendre » va répéter pendant ces dix jours d’audience Régis de Jorna. Ce qui taraude le magistrat est simple : ces hommes se disent innocents, ils assurent ne pas être membres d’un front clandestin armé. Qu’ils condamnent le FLNC, dans ce cas ! Ce serait le plus beau signe de la page tournée. Les attentats, « ça n’engage que leurs auteurs. Ce sont des moyens de lutte qui n’étaient pas les miens », affirme Pierre Paoli. Cyrille Garcia est plus tranchant, il est « le fil rouge de l’enquête », pour le parquet. « Je ne condamne pas l’action du FLNC […] On a gagné la bataille des idées […] ». « Je suis pas juge, je suis pas Dieu. Si je condamne, je vais les avoir sur le dos, si je les condamne pas, c’est vous qui allez me condamner », répond Marc Ganu avec ardeur. « Je suis un militant de Corsica Libera, c’est un secret pour personne mais d’appartenir à Corsica Libera, ce n’est pas appartenir au FLNC. Je ne suis pas un militant FLNC. Mais je ne condamne pas les actes commis, les actes de résistance depuis 40 ans », souffle Emmanuel Peru. « […] J’ai vécu une interpellation musclée chez un ami nationaliste, avec une arme sur la tête. J’ai entendu des propos de gens prêts à écraser même les enfants si on continuait le combat politique. C’est à partir de ce moment-là… […] Je vais vous dire honnêtement, confesse-t-il presque, j’aurais pu m’engager dans la lutte clandestine vu comment l’État se comporte… Les conditions étaient réunies pour entrer en résistance face à ce comportement. À l’heure actuelle, je me félicite de la décision prise par le FLNC […] Le peuple nous porte à 56 %, c’est le peuple qui décide. Maintenant, il y a des élus que le peuple a voulus. Je pense que la lutte clandestine, je ne la condamnerai jamais. Une nouvelle ère c’est ouverte pour la Corse ».

« Comment désapprouver un acte et ne pas le condamner ? Comment répondre à ce paradoxe ? », demande Me Mercinier-Pantalacci à Paul Leonetti, un ami de Paoli venu témoigner lui aussi. Il aura des mots clairs. « La Corse ne condamne pas une jeunesse qui a pris un risque majeur pour sa sécurité, son avenir, qui a décidé de combattre un État qui a imposé par la force. Un État dirigiste, centraliste, peu concerné par la façon de vivre et l’attente des Corses. Il n’y a pas de contradiction à être indépendantiste publiquement et ne pas condamner les résistants […] La violence n’avait pas de sens, il fallait que le FLNC renonce à la lutte armée. Il y a une convergence évidente entre le FLNC et nous mais cela ne fait pas de nous des complices ».

« Ce qui est embêtant [avec les silences], c’est qu’on peut tout supposer »

À l’heure de l’examen des faits, la cour d’assises affronte le silence des accusés qui donnera des airs surréalistes aux journées d’audience. « Ma position, elle est très simple : j’ai fait 4 jours de garde à vue en 2013. À partir de là, j’ai plus rien à dire », maugréé un jour Xavier Ceccaldi. Les autres suivront. « Je n’ai rien à dire sur ce qui s’est passé. J’ai répondu aux questions en garde à vue, à tous les interrogatoires. Je me suis déjà expliqué, je ne vais plus répondre à aucune question », déclare Laurent Susini.

Le président : — C’est une position de principe ou est-ce « j’ai tout dit donc je refuse de parler » ? Lire tous les PV c’est un peu fastidieux…

Laurent Susini : — Moi, je me suis expliqué dans un interrogatoire de 76 pages

Le président : — La cour d’assises, c’est elle qui vous juge. Votre procès, c’était pas en garde à vue, c’est pas les enquêteurs qui vont dire si vous êtes coupable ou pas !

Laurent Susini : — J’ai pas plus de choses à vous dire que ce j’ai dit

Le président : — Le fait que vous vous taisiez ne m’empêchera pas de poser des questions.

Régis de Jorna lit les procès-verbaux.

Le président : — Ce qui est embêtant [avec les silences], c’est qu’on peut tout supposer […] Or l’explication est peut-être toute bête […] La problématique de la cour d’assises, c’est qu’elle juge selon les pièces du dossier et son intime conviction. C’est dommage que son intime conviction soit faussée par des suppositions […] On ne pense pas forcément à mal mais on se pose des questions […] Il y a plus d’une centaine de questions à laquelle la cour devra répondre […] Qui peut le mieux apporter des réponses ? […] Peut-être qu’il n’y a strictement rien, après tout. La cour se pose, elle, encore des questions. Faut pas venir se plaindre […] c’est votre procès […] Le résultat est le résultat aussi de ce que vous apportez au procès […] Il y a quand même quelques mains tendues […] Quand d’importantes personnalités prennent de leur temps pour venir expliquer, c’est très bien mais ce n’est pas eux qui vont dire ce qui s’est passé et vous, qui êtes directement concernés, vous ne trouvez pas qu’il y a un décalage ? Entre les témoins qui viennent et qui acceptent de répondre ? Qu’est-ce que vous avez à dire à ça ?

Laurent Susini : — Je n’ai rien à dire à ça.

Le président : — Bon, on ne saura rien…

Un peu plus tard. Régis de Jorna s’agace.

Le président : — On sait que vous avez acheté. Là, on sait. Ce n’est pas un mystère : c’est une bombe de peinture [qui aurait servi pour les tags « FLNC » sur les murs des maisons endommagées, ndlr], une clé, un tournevis. Vous n’avez pas à faire mystère ou à nous balader ! Pourquoi vous dites « je sais pas » ? Ce n’est pas très cohérent […] Que vous assuriez votre défense quand on n’est pas sûrs, nous, mais là, on sait ce qui s’est passé !

Laurent Susini : — Pourquoi vous me posez la question, alors ?

Le président : — C’est vous-même qui assurez votre défense mais je vous indique que ça laisse beaucoup de questions en suspens […] On a le ticket de caisse, on a la référence du produit, c’est clair, c’est net. Il y a un côté un peu illogique : quoi, vous ne savez pas pourquoi vous êtes allé dans le magasin mais vous dites que la bombe a été retrouvée chez votre femme pour réparer votre kart. Je me permets : d’un côté, vous ne reconnaissez pas l’achat de la bombe de peinture, et de l’autre vous dites que celle-ci servait pour votre kart.

Laurent Susini : — Moi, ce que je trouve bizarre, ce que quand je vous réponds « je sais pas », ça vous intrigue et que je réponds, ça vous intrigue aussi…

Le magistrat reprend les PV et ponctue ses lectures de « Et ça, vous ne vous en souvenez pas non plus ? », « ce positionnement de principe ne sert pas à grand-chose ! ». Et pour seule réponse, des « je n’ai rien à déclarer ». Certains ne répondront pas davantage à leurs avocats, pour le principe. Ce qui fera sourire l’avocate générale, Maryvonne Caillibotte. « Vous voilà pris à votre propre piège », glissera-t-elle.

Les jours se ressemblent.

Le président : — Vous n’avez rien à dire ?

Marc Ganu : — Non, ça ne me concerne pas

Le président : — Mais les magnum dont il est question dans vos conversations, c’est pas des sucettes glacées quand même ?

Marc Ganu : — [silence]

Le président, s’adressant à Cyrille Garcia : — Il n’y a pas de question que la cour d’assises n’aura pas posée […] Il faut libérer la parole, ça fait du bien […] La cour ne connait pas tous les éléments, il est normal que l’instruction se fasse à l’audience. C’est ce qu’on appelle l’oralité des débats.

Cyrille Garcia : — Je n’ai rien à déclarer.

L’avocate générale : — C’est important de se défendre.

Le président : — C’est un combat d’arrière-garde de dire « je parle pas », on sait ce que vous avez acheté, on a même les photos !

Cyrille Garcia : — (silence)

Le président : — C’est pas ce que vous acheté qui fait de vous un terroriste mais on peut se poser la question. À quoi ça sert de vous taire ?

Cyrille Garcia : — Je n’ai rien à déclarer

Le président : — Vous n’avez rien à déclarer ? C’est même pas que vous contestez, que vous vous insurgez… c’est que vous n’avez rien à déclarer….

Cyrille Garcia : — Je n’ai rien à déclarer

Le président, à Emmanuel Peru : —Vous n’en n’avez vraiment rien à faire de cette cour d’assises ?

Emmanuel Peru : — Je ne ferai pas de commentaire.

Huitième journée d’audience. Régis de Jorna interroge Jean-Pascal Cesari, 64 ans, fatigué et en mauvaise santé.

Le président : — C’est la dernière matinée. À partir de cet après-midi, on bascule avec le réquisitoire. « J’ai rien à dire, j’ai rien à dire ». En sept ans d’assises, ce procès va entrer dans les annales de la justice. Je n’ai jamais vu une telle systématisation des accusés qui refusent de répondre même à leur avocat. C’est quand même symptomatique. […] Il y a eu des temps forts, des temps morts. Si on regarde les témoins de la vie politique qui sont venus, Simeoni et Talamoni, ils ont dit « on a fait avancer les choses », « il faut que tout le monde avance ». Avec le dépôt des armes en 2014, auquel certains ici ont participé, et un peu grâce aux écoutes, on peut penser que vous avez joué un rôle dans ce mouvement [le magistrat veut faire réagir Cesari sur son amitié avec des leaders du FLNC et son rôle important dans le mouvement nationaliste, ndlr] […] Je préférais avoir un discours un peu musclé que de lire des écoutes, on n’aura pas avancé mais personne ne veut avancer, c’est la dernière fois, acquittement, pas acquittement, tac, tac, tac ! Quand même, vous avez un rôle, qui peut être revendiqué comme un rôle qui a des conséquences positives pour la Corse […] Si vous avez joué un rôle, c’est que vous avez un certains rang pour aller parler à ces personnes-là, qui ne sont pas n’importe qui […] Vous êtes un émissaire […] Vous allez être en lien avec le FLNC […] Depuis le début du procès, on parle de tourner la page, tourner la page…

Jean-Pascal Cesari : — S’il y avait une amnistie générale, peut-être que ce serait soldé ! Ce qui compte dans une paix, c’est que les armes ne tuent plus. Vous dites que le FLNC n’a pas donné les armes en 2014 mais si on en posait 100, l’État dirait qu’on en cache 300 autres !

Le président : — Oui, mais certains des accusés achètent des gilets par balle, c’est pas pour la chasse aux lapins quand même, si ?

Jean-Pascal Cesari : — Les armes, elles doivent être enterrées quelque part. Ce qui compte, c’est que ça s’arrête. […] Je n’ai jamais porté une arme de ma vie, la vérité, c’est celle-là et que celle-là. On n’a pas trouvé une arme chez moi et ça sort des sonorisations… Comment vous voulez que je réponde à ça ?

Pierre Paoli est d’accord pour parler, lui. « Personne ne peut me prendre à défaut […] Aujourd’hui, on essaie d’enfumer, de mettre le doute et de mettre Pierre Paoli au centre du jeu ». L’interrogatoire va durer peu de temps. Son avocat, Me Mercinier-Pantalacci s’en étonne auprès de la cour. C’est vrai, Pierre Paoli ne comparaît aux assises que parce qu’il est cité indirectement dans une écoute parmi les milliers d’heures d’enregistrements qui figurent au dossier. Cela mérite un peu plus d’explications, selon la défense. « Vous savez, quand on est en défense, on est un parano… désarmé, je ne sais pas, stupéfait, oui », cingle Me Mercinier. « Monsieur Paoli, qu’avez-vous à dire ? » « Ça appelle un sentiment d’injustice. J’ai passé 22 mois en prison pour des faits que je n’ai pas commis, avec force et conviction, je milite pour le peuple corse dans le cadre de Corsica Libera. 22 mois de prison et de venir ici et de ne parler de rien, je ne trouve pas les mots ». 

Demain, Le dernier procès des nationalistes corses : « on comprend qu’on est pris entre le FLN et l’État »

 

« On comprend qu’on est pris entre le FLNC et l’État »

Le silence des accusés a presque fait oublier les victimes de cet étrange procès terroriste, long de dix journées d’audience, sans presse ou presque, avec un public clairsemé et infidèle, dans une salle correctionnelle au lieu d’une cour d’assises et dans un palais de justice parisien vidé. En mai et décembre 2012, les « nuits bleues » ont endommagé et parfois détruit des maisons que les « terroristes » savaient vides. C’est d’ailleurs l’un des arguments de la défense. Parmi la quarantaine de personnes touchées, une seule s’est constituée partie civile. Elle a suffi à remplir le vide et à donner de la « chair » au procès, comme le dira dans ses réquisitions l’avocate générale.

« J’ai besoin de comprendre pourquoi ma maison a été détruite. […] Il ne s’agissait pas d’une résidence secondaire puisque mes parents s’y sont installés. C’était devenu notre maison de famille, mon père participait à la vie du village », est venue raconter Mme Basselier. « On ne saura jamais si les personnes ont vérifié ou pas s’il y avait des personnes à l’intérieur. […] Je vis ça comme une atteinte morale à la mémoire de mon père. […] C’était une maison simple, modeste. Il n’y avait aucune spéculation immobilière. […] Je ne connais pas du tout les personnes qui sont ici, je veux juste exprimer ce que j’ai ressenti. Les affaires de mon père ont été pulvérisées à plusieurs mètres à la ronde, c’est très violent pour moi ». La maison n’a toujours pas été reconstruite. Mme Basselier retourne pourtant tous les ans en Corse. « Je ne veux pas que tout ça gâche l’attachement que j’ai pour la Corse ». « Cette démarche de vous constituer partie civile répond-elle à un souci particulier ? », interroge le président de la cour. « Cela m’aide à vivre ce qui s’est passé, […] tous mes amis corses ont dit que c’était honteux », ajoute-t-elle, résignée.

Trois autres victimes viendront témoigner à la barre. M. F… a acheté une maison à Olmeto Plage en 1994 « au prix du marché », « sans aucun passe-droit », par le biais d’une agence à Propriano. Il a aujourd’hui 72 ans. « On se demande pourquoi ça nous tombe dessus. On ne mérite pas. Le FLNC a une action à faire passer, on est pris en otage entre le FLNC et l’État. Je ne réclame pas vengeance, je suis triste parce que ce sont des gens d’Olmeto. Ils sont victimes aussi, ils n’ont pas été intelligents. […] Aujourd’hui, ils sont devant la justice, ça ne me fait ni chaud ni froid mais ils vont aller en prison. C’est des gens qui sont malheureux, qui n’ont pas compris un enjeu qui les dépassait. C’est pas un chef du FLNC qui va poser une bouteille de gaz. […] On parle beaucoup là-bas… toucher 1 000 € pour déposer une bouteille, faut pas être très malin. […] Ça sert à rien de faire sauter une maison. On fait payer les assurances et on reconstruit ». Il n’est pas partie civile parce qu’il préférait « avoir affaire aux chefs ». Il n’a pas peur. « Je serai pas là, sinon », répond-il logiquement.

M. L…, lui, a vu sa maison « visée deux fois. Entre les deux attaques, elle a été taguée. "Fora", en peinture rose. Je ne me suis pas constitué partie civile, clairement par peur ». Retraité également, il avoue avoir eu peur de se constituer partie civile. Il est pourtant là, à la barre, car il veut que les accusés « s’expliquent, sinon les choses restent en l’état ».

Faut-il se résigner à ces agressions quand on vit en Corse, interroge Régis de Jorna, le président de la cour. « On ne se résigne pas, répond une autre victime, mais on sait hélas que c’est historique, qu’on n’est pas visés personnellement. C’est extrêmement violent. Mais c’est un contexte tellement particulier. Moi, c’est la première fois où notre maison a été endommagée que j’ai été le plus choquée ». Après, peut-être, vient l’habitude. La cour cherche à savoir. « Qu’est-ce qui vous fait rester ? Le désir de rester est plus important ? Ne pas céder à une entreprise terroriste ? Ou alors est-ce tout simplement l’amour de la Corse ? » La victime répond simplement : « C’est un peu le prix à payer, je m’y sens chez moi, j’aime la Corse. Je ne me suis pas sentie visée. J’ai peut-être une vision moins romantique de la Corse après ça… »

« On s’en prend à eux mais pas aux Dutronc ou aux Sardou »

Le président va saisir l’intérêt de ces quelques instants « de chair ». « Quel est votre sentiment après avoir entendu ces personnes ? », demande-t-il à chacun des huit accusés. « On est touchés », répond Pierre Paoli. « Je n’ai pas fait de victime, […] j’écoute, ce n’est pas moi, j’ai écouté sans plus », lance un autre. Puis, « je veux pas que la cour prenne ça pour un manque de respect. Je respecte » et « je dis la même chose. On est des êtres humains. On compatit avec la douleur morale ». « Je suis navré pour eux », glisse un autre accusé. Et cette énigmatique déclaration : « des familles corses ont été touchées, des familles corses seront là pour le relever ».

Lors de sa plaidoirie, l’avocate Zoé Royaux, seule représentante de la partie civile, a relevé « la frustration » pour les propriétaires des maisons visées de ne pas comprendre, après neuf jours d’audience, les raisons des attentats. « On n’en sait pas plus. […] La famille Basselier va tomber amoureuse de cette île, elle va y retourner, régulièrement, va acheter un terrain et construire une petite maison sans prétention. C’est une famille modeste. Cette maison va devenir leur maison principale. […] Ce qui est incroyable, c’est de voir que les victimes ont mauvaise conscience. Elles ont toujours cet argument "on n’a jamais loué notre maison" alors que c’est leur droit le plus ultime ! […] Six ans après les faits, il y a un sentiment de gâchis terrible. Ça ne paraît rien comparé à d’autres attentats terroristes et c’est tant mieux. Mais pour les Basselier, tout a volé en éclats. […] Il y a dans cette affaire du racisme, de la peur et des doutes. […] Et il y a aussi un sentiment profond d’injustice, ces familles sont sacrifiées, prises en otage : on s’en prend à eux mais pas aux Dutronc ou aux Sardou… et leurs maisons qui massacrent le littoral. […] On s’en prend aux plus faibles, ce qui relativise d’ailleurs un peu l’engagement des accusés. Il ne faut pas envisager la famille Basselier comme un dommage collatéral mais comme une victime d’attentat. […] Nous sommes face à deux parties irréconciliables avec un État un peu sourd. […] Je note que les accusés ont répondu qu’ils avaient été touchés par les auditions des victimes. Si l’audience a pu apporter quelque chose, c’est déjà ça ».

« Un rendez-vous manqué » pour l’avocate générale

Maryvonne Caillibotte est l’avocate générale du procès de la « filière du Valinco ». Elle a égrené les journées d’audience de ces questions faussement naïves mais rudement précises, elle a agacé les avocats de la défense, elle a levé les yeux au ciel aux propos de certains accusés et elle a souri aussi quand, parfois, l’audience se faisait plus légère. Elle est restée dans la salle d’audience, vendredi 22 juin après le verdict, lorsque les familles étaient en état de choc, qu’une mère hurlait et qu’une autre s’évanouissait. La cour, elle, avait filé.

La veille, ses réquisitions ont duré trois heures. La salle d’audience – le procès s’est déroulé dans une chambre correctionnelle – s’est remplie de proches.

Puisque le Front de libération nationale corse (FLNC) a déposé les armes en 2014, que les faits jugés datent de 2012, l’accusation allait-elle « tourner la page » des attentats corses ? « Comme dirait le juge Thiel dans un de ses interrogatoires : résumons-nous !, entame la magistrate […] Nous travaillons sur un dossier qui se situe en 2012, cela faisait six années que la Corse avait connu sa dernière nuit bleue. […] Il y a une unité de temps, une unité d’une vingtaine d’actions, entre 2h30 et 2h31 du matin. Cela suppose une coordination et une manière d’agir uniforme. […] La nuit suivante, comme s’il manquait une petite partie de la nuit bleue, dans la commune du Valinco, ont lieu deux attentats sur deux maisons secondaires, avec quelques différences dans les méthodes. […] Vous savez aussi, dès le lendemain, il y a un renseignement anonyme. On n’aime pas beaucoup ça dans les procédures, c’est suspicieux. […] Un renseignement anonyme, c’est une petite pelote qui vous donne des indications, il faut dérouler le fil ou le casser immédiatement. M. Garcia va devenir le fil rouge de cette enquête. Autour de lui vont se mettre en place des choses classiques : écoutes, sonorisations… jusqu’au 7 décembre 2012, jour de la deuxième nuit bleue avec ses trente attentats sur le littoral. Le Valinco, cette fois, n’a pas besoin de nuit de rattrapage. » Les deux dossiers sont joints.

L’avocate générale va dérouler, elle aussi, sa pelote. « C’est la combinaison de ces outils techniques qui va permettre de mettre à jour une cellule locale du FLNC. » Certes, « les retranscriptions des sonorisations sont contestées par les accusés sauf par M. Agostini. C’est à se demander si c’est la paternité des propos qui est contestée ou s’il s’agit d’une pure invention. Sur l’année 2012, les sonorisations sont basées sur les conversations de voiture surtout […] Ces conversations sources vont être exploitées à tous les stades du dossier » et permettront de qualifier les faits, continue la magistrate. « Je rappelle que la cellule terroriste dont il est question est le FLNC, créé en 1976, responsable de violences, de rackets et de morts. Plus d’une cinquantaine comptabilisée à ce jour », ponctue-t-elle comme une sentence. Avec de nombreuses scissions, « on a bien compris que cette organisation ne vit pas une vie tranquille. […] À côté de cette organisation clandestine, un mouvement nationaliste public et politique s’est implanté depuis des années ». Il donnera naissance à Corsica Libera qui lutte pour les droits et l’histoire du peuple corse, le patrimoine et la culture de l’île, le respect de la justice sociale, le respect de l’environnement et pour la reconnaissance des prisonniers politiques.

Or « ce parti n’a jamais condamné la violence et la clandestinité du FLNC. […] C’est de ce mouvement dont se réclament les accusés avec des engagements variables. […] Tous les actes commis par le FLNC sont des actes terroristes. […] Par conséquent, appartenir au FLNC est une infraction. […] Appartenir au FLNC et participer à un attentat, c’est au nom du FLNC. Et commettre un attentat, c’est aussi participer. […] La direction d’un tel groupe est considérée comme une participation à l’entreprise terroriste ». En bref, appartenir au FLNC ou préparer un attentat au nom du FLNC permettra de déterminer la responsabilité et donc la culpabilité des accusés.

« C’est le petit manuel du parfait terroriste ! »

C’est embêtant : les huit accusés ont réfuté leur appartenance au mouvement clandestin. Non, « il y a un terreau favorable », pour Maryvonne Caillibotte. Ils ont tous dit « clairement » leur sympathie vis-à-vis des nationalistes, notamment dans les conversations sources. « Dans ces conversations, nous avons entendu qu’ils faisaient partie du "Front" ». Il y notamment cette discussion entre Garcia et Susini, un soir tard, qui évoque « très clairement la reprise du secteur par un militant nationaliste frontiste condamné pour cela. Ça ne peut pas être le fait du hasard », estime-t-elle. Et que dire de cet autre enregistrement entre Garcia – encore lui, le « fil rouge » – et Ganu sur « le manque d’égards à leur encontre. "On est au Front pour nos idées", disent-ils. Je n’ai aucun élément pour dire que ce sont des propos d’ivrognes ». L’avocate générale recense, énumère, relève. Et que dire de cette autre conversation de décembre 2012, deux jours après les attentats ? Garcia et Susini « ont une longue conversation autour du frère de Susini qui, à leur grand désappointement, a choisi une autre voie que le nationalisme [trafic de drogue, ndlr] ». Il n’y a pas de « petites preuves ». La messagerie de Garcia ? « flnc76@hotmail.fr ». « Même pas Corsica Libera », ironise la magistrate.

Jean-Pascal Cesari, lui, « n’a pas la même place dans cette audience que les autres accusés. […] Il est plus âgé, son appartenance au FLNC est plus ancienne. En 2013, enregistré dans un bar, il dit "la lutte existe, tu prends des risques, tu assumes, […] je suis vieux, maintenant ça suffit, je donne des conseils". Mais avant, quoi ? Avant, il luttait ! » Ne parle-t-il d’ailleurs pas à plusieurs reprises d’explosifs ? Il ne se contente pas de cela, poursuit la magistrate. « Il donne des conseils pour obtenir des explosifs sans attirer l’attention. C’est le petit manuel du parfait terroriste ! Mais surtout, et c’est un élément majeur dans sa participation au FLNC, le 22 mai 2012, il se rend, malgré ses démentis, à la maison d’arrêt pour rendre visite à Paul Istria et Charles Pieri. M. Cesari revient avec une information qui est majeure, nous dit-on, car il apprend de la bouche de ces deux personnes, historiquement condamnées, que le FLNC va abandonner la lutte armée. C’est gravissime. Ça ne s’abandonne pas comme ça, des années de lutte armée ! M. Cesari se retrouve au cœur de l’histoire, il se retrouve dans la confidence historique. On donnerait cette information historique au premier copain croisé ? Je ne peux y croire ! Ils ne se sont confiés qu’à l’un des leurs, à un membre du FLNC. […] Il y a un peu une onde de choc quand M. Cesari apprend cela. On a deux conversations fleuves entre Cesari et Agostini où l’on voit bien que c’est compliqué, que c’est dur ». Pour Maryvonne Caillibotte, l’abandon de la lutte armée n’a pas réjoui tous les frontistes. Au contraire. « Ils se sont servis de nous pour monter politiquement », telle aurait été la rengaine des déçus. Et ce, même si les militants frontistes - à l’inverse des militants de l’ETA - sont des « intermittents », des « militants au gré des besoins »

Ils appartiennent à « la mouvance ». Ont-ils participé à la préparation des attentats ? La magistrate se base encore sur les écoutes. Il y a des repérages, des recherches de contenants – fûts de bière volés –, des « phrases codes », des allers-retours en voiture pour charger « avec des gants » quelque chose de « rose » – de la pâte explosive. Il y a donc bien fabrication, détention et transport d’explosifs en lien avec une entreprise terroriste en bande organisée.

Le « ça va péter, ça va péter, mon ami ! » de Garcia, « cette exclamation est celle de quelqu’un qui se réjouit et qui a connaissance des faits », estime l’avocate générale. [les propos ont été tenus après les attentats, ndlr]. Et puis, cingle la magistrate, à propos de Laurent Susini, « certains n’ont décidément pas la bonne étoile : quand on retrouve son ADN à deux reprises, c’est sur deux scènes d’attentats ! ». Sans oublier l’achat de matériel dont la bombe de couleur qui a servi à marquer les maisons d’un « FLNC » rose fluorescent, sans oublier les téléphones laissés « comme par hasard » à leur domicile le jour des faits. « C’est ici la notion de suite logique, pour la magistrate, une suite qu’il faut considérer comme convaincante : aucun acte, aucune conversation, aucune incohérence ne contredit la suite. […] Tout s’enchaîne ».

« Mauvaise perdante, mais je n’ai pas assez d’éléments pour le faire condamner ! »

Et puis, il y a Pierre Paoli, « l’Abbé Pierre ». Son cas est plus épineux. Les accusations qui pèsent contre lui sont plus que légères alors qu’il est présenté comme un ancien leader du FLNC. Un enregistrement indirect, parmi des dizaines de milliers d’heures d’écoute, qui évoque un « Pierre ». Et après ? Il est midi, jeudi 21 juin, lorsque Maryvonne Caillibotte évoque son cas après plus de deux heures de réquisitions. « Pierre Paoli a un engagement nationaliste ancien, un engagement au sein de Corsica Libera, et il a un discours très affirmé au service de la Corse par la voie légale, la voie politique. […] C’est un proche de Charles Pieri qui n’est pas n’importe qui, qui est une personnalité du FLNC. Pierre Paoli conteste son appartenance au FLNC. À l’issue de l’instruction et de l’audience, des choses "en plus" et des choses "en moins" se dégagent ». Le prénom « Pierre » qui apparaît sur les retranscriptions, « il est assez probable qu’on parle de lui, ne serait-ce que par sa position politique. […] Ses conseils ont eu beau aligner les autres Pierre possibles, les accusés ne les connaissaient pas. Il n’y a pas d’ambiguïté, le prénom est assez identifié ».

Mais à propos de cet homme « au tempérament rugueux », « à la nervosité qui s’entend à la barre », « présent dans la cité », l’avocate générale ne dispose pas de sonorisations directes. « Je vous livre ma conviction, il était impossible d’installer une sonorisation autour de Pierre Paoli, rarement seul. […] Son prénom, c’est les autres qui le prononcent. Il n’y a pas non plus de comportement qui pourrait correspondre à une réunion conspirative. Il n’y pas d’éléments non plus qui démontrent qu’il donne ou qu’il détient des armes. Il n’y a pas de propos qui permettent de déterminer qu’il vise une cible, un lieu, une date, qu’il choisisse des recrues et des militants. Dans ce dossier, le seul qui ait visiblement approché un militant officiel du FLNC, c’est Jean-Paul Cesari. Je n’ai pas non plus d’éléments plaçant Paoli en extorsion de fonds. Par conséquent, je ne sais pas qui est réellement Paoli. Celui qui se défend de toute action clandestine ou un membre du FLNC. Je repartirai avec mes questions, avec mes doutes. […] Mauvaise perdante, mais je n’ai pas assez d’éléments pour le faire condamner ! Je vous fais part de ma vérité, mes doutes sont suffisamment raisonnables. Je ne suis pas rémunérée au nombre de condamnations. Je demande l’acquittement de Pierre Paoli. » Maryvonne Caillibotte a terminé.

L’intéressé n’a pas cillé. Ses avocats non plus. Ils plaideront après le déjeuner. Il est 12h30, ce jeudi 21 juin.

 


Peines requises : « Personne n’est mort et personne ne voulait qu’il y ait des morts »

« L’islamisme radical nous oblige à relativiser ce dont nous sommes saisis. Il n’y a pas de guerre, il n’y a pas de volonté d’extermination, pas cette violence liées aux derniers attentats, pas de djihadisme, personne n’est mort et personne ne voulait qu’il y ait des morts. Ce n’est pas pour ça que ce n’est pas grave. Les victimes ont mis un peu de chair dans ce procès. […] Il y a eu Fouchet notamment, ces sanglots, qui nous a dit que les accusés étaient les artisans d’une histoire plus grande qu’eux. […] Jean-Guy Talamoni a parlé d’anachronisme. Effectivement, le temps a passé. […] C’est une île qui les attend. […] Quand on juge en 2018 des faits de 2012, après le dépôt des armes de 2014, évidemment qu’il y a réflexion. […] Il y a un décalage, c’est gênant. La particularité n’est pas le temps qui a passé mais ce qui s’est passé en 2014. Ce procès n’est pas anachronique. Ce procès doit avoir lieu car ils n’ont pas le droit de prendre les gens en otage. Est-ce que les accusés ont contribué à ce qui s’est passé en 2014 ? […] Admettons qu’il y ait beaucoup de chemin parcouru et que cette histoire-là, ils se la soient appropriée. Cela fait écho aux paroles et aux mains que vous avez tenues, monsieur le président. […] Faisons un nouveau temps judiciaire, pas politique. […] Quelle est leur histoire actuelle ? À qui j’ai affaire ? Ils comparaissent libres, c’est une préconfiance que nous leur faisons. […] Pour M. Fouchet, ce sont des pauvres types. Faut-il prendre tout ça pour autant à la rigolade ? Le procès a été plutôt détendu, agréable. Objectivement, ils pourront constater l’honnêteté du travail. […] Mais ce n’est pas pour autant une BD rigolote ce procès ! Ah oui, on a dit que c’était le "procès des dernières nuits bleues de Corse". Mais ce n’est pas pour ça qu’il n’y a plus d’explosions, elles ne sont simplement plus revendiquées ! "Nuit bleue". Quelquefois, il suffit de changer un mot. J’aurais bien aimé qu’il y ait des mots. Qu’on remplisse cette audience, sans mots, sans présent rapporté, comment la cour va être sûre qu’il y a intégration totale de la loi pénale et donc des interdits ? Qu’est-ce qui est intégré ? […] Cette absence de mots est réellement problématique, c’est un rendez-vous manqué. Je garde une inquiétude. Le FLNC n’a jamais déposé les armes […] »

Réquisitions :

Jean-Paul Cesari : six ans

Laurent Susini : six ans

Cyrille Garcia : six ans

Marc Ganu : cinq ans

Emmanuel Peru : cinq ans avec sursis

Xavier Ceccaldi : cinq ans avec sursis

Fernand Agostini : cinq ans avec sursis intégral

Pierre Paoli : acquittement 

« La violence a sauvé le peuple corse »

Dans le flot de ses réquisitions de la matinée du 21 juin, Maryvonne Caillibotte avait appelé à un acquittement. Un seul parmi les huit accusés. « Je n’ai pas assez d’éléments pour le faire condamner », avait-elle reconnu, parlant de Pierre Paoli, dit « l’abbé Pierre », leader du parti Corsca Libera et présenté par la justice comme un ancien chef du Front de libération nationale corse (FLNC).

Emmanuel Mercinier-Pantalacci est, avec Christian Saint-Palais, l’avocat de Pierre Paoli. « Je l’ai toujours pensé, je ne l’ai pas toujours su. Je crois que vous allez acquitter Pierre Paoli. Je le pense. Je l’ai toujours pensé. On ne peut pas ne pas me croire. C’est une affirmation audacieuse selon laquelle, dès l’origine, je savais qu’il serait acquitté. […] Le 15 avril 2015, j’ai organisé une conférence de presse, j’étais très mal à l’aise. » Mais, pour l’avocat, dès le début, « le postulat était dépourvu de tout fondement ». C’était « la négation même de la différence entre l’organisation clandestine et un parti nationaliste. […] En quoi me suis-je trompé ? En quoi ai-je été excessif face à une abyssale vacuité des charges ! ».

Emmanuel Mercinier s’en prend à la cour. « Et vous l’avez interrogé vingt-cinq minutes à propos d’un lampadaire ! Et vous, madame l’avocate générale, dix minutes ! Vous avez requis son acquittement parce qu’il n’y a rien. Avec près de 100 000 interceptions, vous n’avez pas un seul élément prétendument caractéristique d’une infraction. Vous allez l’acquitter parce qu’il n’y a rien et parce que vous ne l’avez pas interrogé. On ne peut décemment faire ça ». Pour lui, les enquêteurs en Corse sont « des victimes ». Ce qu’on leur demande est « inhumain » : comment être objectif et impartial lorsque l’on est soi-même victime d’attentats depuis 1975, année de la création du FLNC ? « Tout est dit. Les enquêteurs n’ont pas fait leur boulot et c’est normal. […] Tout cela est un délire judiciaire dans lequel vont nous conduire les enquêteurs. »

Mais ce n’est pas le seul à ne pas avoir fait son boulot. Selon Me Mercinier-Pantalacci, le juge est passé à côté du dossier. « Le dossier démontre que, chaque fois qu’il est question de "Pierre", c’est de vous forcément qu’il est question, dit-il en regardant son client. Il n’y a pas un acte à décharge. Que dire de cette histoire guignolesque de ces deux types dans un bar, un "X" qui parle à un "Y", en disant "Tu as entendu ?" ». La salle rit, Emmanuel Mercinier mime la scène, avec l’accent corse qui le caractérise. « Quelle est la crédibilité de ces propos ? Rien. Aucune investigation n’est menée. […] Le juge s’est-il laissé piéger par les gendarmes ? Je ne sais pas ce qu’il s’est passé mais c’est très grave. »

Il y a une difficulté légitime dans ce dossier, celle de la dialectique de Corsica Libera qui consiste à ne pas condamner la violence du FLNC tout en ne cautionnant pas ces actes. Cela, Régis de Jorna, le président de la cour d’assises, a tenté de le comprendre, sans relâche, pendant les dix jours d’audience du procès. Emmanuel Mercinier explique « le paradoxe » à son tour et il va surprendre l’auditoire : « La violence a sauvé le peuple corse, c’est comme ça. Ce n’est pas la personne de Pierre Paoli qui vous le dit, c’est moi. Je ne condamne pas la violence, elle a sauvé le peuple corse. […] Au début des années 1950, l’État a voulu établir une zone d’expérimentation nucléaire, comme nous avons eu à Mururoa. Il a fallu une certaine dose de courage pour s’y opposer. Des sociétés italiennes ont déversé des déchets extrêmement toxiques au large de la Corse. Il y a eu des manifestations, des revendications, des pains de plastic sur ces bateaux mortifères. La violence a permis de mettre à terre l’infamie. Au début des années 1950, des terres ont été données. […] Après quelques années de tensions, en 1975, il y a eu le docteur Edmond Simeoni et une poignée d’insurgés ». L’avocate générale lève les yeux au ciel. « Il est sans doute désagréable à dire que la violence du FLNC a protégé la Corse contre des promoteurs et des gangsters. […] La violence a permis d’ouvrir les yeux, c’est le souffle des explosions qui a ouvert les esprits et les causes de ces violences ont désormais cessé. C’est pourquoi ne nous ne condamnons pas mais c’est la raison pour laquelle nous voulons que cette violence cesse. […] Pierre Paoli, dans tout ça, vous allez l’acquitter. Et qu’est-ce qu’il va en rester ? Il y aura un avant et un après pour lui. […] Pendant trois ans et demi, il a été mis en cause et accusé. […] Vous allez mettre fin à ce délire judiciaire. Vous n’allez pas réparer cela car c’est trop tard. Je suis fier de l’avoir accompagné. »

« C’était un beau moment de justice, en équité, en contradiction »

Il est 16 h. L’avocat Christian Saint-Palais prend la parole. Il a l’accent palois, à la différence de son confrère, et l’honneur de l’avocat, à l’instar de Me Pantalacci. « Je mesure l’inutilité des propos que je vais tenir. […] Je ne suis pas utile car vous avez entendu la démonstration de l’avocate générale qui, quels que soient les doutes qui l’habitent, n’a pas été convaincue. Et moi, je suis le premier convaincu par Me Mercinier qui porte une défense avec indignation, avec une volonté d’établir la vérité, une vérité qui a fini par émerger. […] L’acquittement devra se fonder sur des éléments strictement juridiques : ces derniers vous autorisent-ils à avoir une intime conviction de la culpabilité de Pierre Paoli ? Vous ne pouvez y répondre que par non ». Christian Saint-Palais rappelle que la poursuite s’étend de janvier 2012 à avril 2015. « C’est compliqué à comprendre une poursuite sur une période de cette étendue ! » En tous cas, Paoli, « il n’est pas passé sous les radars, Paoli c’est l’homme que l’on subit, c’est l’homme que l’on connaît, c’est l’homme que l’on évoque. […] On va lui opposer des sonorisations qui parlent de lui. Mais c’est tout. C’est le seul élément que l’on a extrait en 2012 ». Là, le ton monte. Pendant l’enquête, « nous alertons qu’il y a cette imprécision, cette approximation, ce brouillard de l’accusation qui se dit "on va lancer un filet et on verra plus tard" ! […] Pour un acquittement, il n’est jamais trop tard mais tout de même… Face à une telle accusation, il est impossible de se défendre. Que dire face à l’inanité d’une accusation ? […] Le juge n’a jamais pensé qu’il y avait un quelconque indice. Et vous n’allez jamais l’entendre dans les conversations téléphoniques. Vous n’avez pas non plus son image, sa photo, une filature. […] Vous n’avez aucun contact direct avec les coaccusés. Vous n’avez aucune empreinte génétique. […] Percevez-vous la difficulté à vous défendre quand vous n’êtes cité que dans une seule conversation ? "X dit que vous auriez parlé qui pourrait justifier votre implication" ».

Me Saint-Palais a exhorté à la prudence, à la distance. « Je vous trouve assez présomptueux de faire la part du vrai et du faux », a-t-il continué en haussant davantage le ton. À propos des milliers d’heures de sonorisations, « on a demandé les scellés, c’était une demande simple. On nous les a refusés. Ah oui, demander des scellés, cette chimère ! "Peut-être que l’on va trouver un élément à décharge". Vous admettrez donc l’incrédulité de celui en prison à qui l’on répond "vous ne pouvez avoir accès à ces pièces" ! […] C’est dur de se défendre, je vous assure, il ne s’est rien passé mais il faut se défendre ! ». Les accusés écoutent, sans un souffle, la plaidoirie. « Je n’ai pas dit grand-chose, je sais. Mais prétendre caractériser quoi que ce soit avec des "je ne sais pas qui parle, je ne sais pas de qui ils parlent, je ne sais pas de quoi ils parlent" ce n’est pas matérialiser les faits ! Je n’admets pas qu’on prive de liberté un homme aussi longtemps quand un indice n’est étayé par aucun élément matériel ! Mais si vous l’acquittez, le rendez-vous n’aura pas été totalement manqué. […] Pierre Paoli a choisi de s’exprimer. C’était un vrai moment de justice, la défense s’est exprimée librement, des hommes se sont tus, ils ont exercé leur droit. […] On a présenté cela comme un choc de culture. […] Mais le silence, ce n’est pas leur loi comme cela a été sous-entendu, c’est la nôtre qui nous permet de nous taire ! Le droit de me taire, c’est compliqué, c’est un choix mais il n’y a aucune conséquence empirique à en tirer. C’était un beau moment de justice, en équité, en contradiction ». Et puis, le terrorisme dont il a été question pendant dix jours « n’a rien à voir avec celui que nous connaissons actuellement », rappelle Christian Saint-Palais. Il s’agit de femmes et d’hommes « qui ont un idéal pour leur terre, leur langue, leur culture. […] On parle désormais de construction, d’avenir, de nous, de notre communauté ».

« L’État français trouve-t-il un intérêt que l’un ou l’autre retourne en prison ? »

Suivront les plaidoiries de Laetitia Maricourt-Balisoni, Laura-Maria Poli, Santa Lucchini, Alexandre Albin, Antoine Vinier-Orsetti et celle d’Éric Barbolosi. Tous ont pointé l’hérésie des milliers d’heures de sonorisations peu convaincantes, qui ne présentent « aucune certitude scientifique » et à qui l’ont pouvait « tout faire dire ». Plus tôt, dans l’après-midi, Philippe Dehapiot, qui défend Emmanuel Peru, questionne la cour, de son ton persifleur. « À supposer que les accusés aient intégré le FLNC, cela fait-ils d’eux forcément des terroristes ? Tarnac nous a montré que non. » Et « détruire une maison sans créer la terreur, cela rentre-t-il dans la sphère terroriste ? […] Le fait d’être prétendument dans un véhicule avec deux ou trois autres personnes, d’avoir assuré le transport d’une pâte rose serait l’élément incontournable de sa participation à l’entreprise terroriste ? » Où sont les éléments matériels ? Encore « une démonstration superficielle de l’avocate générale ! Où est la volonté matérielle de vouloir détruire ? On se contente d’une simple détention de l’explosif mis à jour par une sonorisation […] et on requiert deux ans d’emprisonnement ! […] Il est tout aussi extravagant et énervant de dire que la bande organisée était constituée. […] Pas une fois, on ne parle de structure, de dirigeant de bande organisée, de préméditation… Il est juridiquement impossible de répondre à toutes les questions », cingle Me Dehapiot. « Est-ce parce qu’on chante corse, que l’on fréquente des bars corses, que l’on est un dangereux terroriste du FLNC ? », a interrogé Me Poli, provoquant l’exaspération de l’avocate générale. « Soyez les artisans de cette paix durable », ont-ils presque tous demandé rappelant les années de détention de leurs clients. « Il est temps de tourner les pages, de regarder devant, vous avez tendu des mains, elles n’ont pas toujours été saisies. Mais s’ils avaient saisi ces moments, je ne suis pas sûr que cela aurait pour autant attiré vos bonnes grâces », a estimé Me Vinier-Orsetti. Les avocats écoutent leurs confrères. L’un a disposé ses stylos en parallèle, l’autre feuillette distraitement un dossier, un autre se caresse le visage avec son épitoge. Il est 21 h. Éric Barbolosi ne plaidera pas ce soir-là. La cour est fatiguée.

Dernier jour du procès. Régis de Jorna arrive en retard. Me Barbolosi, qui défend quatre des accusés, entrera dans le détail juridique des infractions reprochées. Mais il s’adressera également aux victimes et à la seule partie civile du procès. « J’ai entendu qu’elles attendaient des réponses. J’ai une petite expérience de ces dossiers. Le choix de la cible, c’est juste un concours de circonstances, une cible facile. Il s’agissait de maisons vides et éloignées, cela ne présentait pas de risques. » Certaines maisons ont été entièrement détruites ? « Un concours de circonstances » également, selon l’avocat. « Quand il y a une campagne de nuits bleues, il n’y a pas de cibles précises […], il ne s’agit pas de commandos aguerris, on choisit une solution de facilité ». D’ailleurs, ajoutera Éric Barbolosi, ses clients, aujourd’hui, « ils sont tranquilles, ça fait deux ans qu’on n’a pas entendu parler d’eux, ils sont rangés. […] Est-ce que vous estimez que la société française, l’État français, trouve un intérêt que l’un ou l’autre retourne en prison pour des faits qui ont six ans ? Ils ont fait de longues périodes de détention provisoire ? […] Si vous condamnez malgré tout, vous avez de quoi aménager les peines pour qu’ils ne retournent pas en détention […], ce n’est pas nécessaire d’aller au-delà du nécessaire et de l’utile. Ce dossier ne le justifie plus ».

À 11 h 30, vendredi 22 juin, les accusés se succèdent à la barre. « Je n’ai rien à ajouter ». « Je suis innocent, c’est tout ce que j’ai à dire ». Ce sont leurs derniers mots. L’audience est levée. Elle ne reprendra qu’à 21 h 30, après dix heures de délibéré. « Messieurs, levez-vous. »

Pierre Paoli est acquitté.

Ferand Agostini est acquitté.

Cyrille Garcia est condamné à six ans d’emprisonnement.

Laurent Susini est condamné à six ans d’emprisonnement.

Marc Ganu est condamné à cinq ans d’emprisonnement, avec mandat de dépôt.

Xavier Ceccaldi est condamné à cinq ans d’emprisonnement avec trois ans de sursis.

Emmanuel Peru est condamné à quatre ans d’emprisonnement avec deux ans de sursis.

Jean-Paul Cesari est condamné à trente mois d’emprisonnement avec quinze mois de sursis.

Le parquet n’a pas fait appel.

Réagissez à cet article

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
CAPTCHA visuel
Entrez les caractères (sans espace) affichés dans l'image.