Accueil
Le quotidien du droit en ligne
Envoyer à un ami-A+A
Article

Procès de Jérôme Cahuzac : « J’ai peur d’aller en prison »

L’audience du procès en appel de Jérôme Cahuzac, l’ancien ministre du budget, qui comparaît à Paris pour fraude fiscale, blanchiment de fraude fiscale et minoration de sa déclaration de patrimoine lors de son arrivée au gouvernement, s’est ouverte hier.

par Marine Babonneaule 12 février 2018

« Pourquoi avoir fait appel, Monsieur Cahuzac ? », a interrogé hier le président Dominique Pauthe. Le prévenu, condamné à trois ans ferme en première instance pour avoir soustrait à l’impôt plus de 680 000 € entre 2010 et 2013, s’est approché de la barre pour dire : « Je ne souhaite pas que ma mère et mes enfants me voient aller en prison. J’éprouve un sentiment assez banal. La peur, la peur d’aller en prison. J’imagine comme tout le monde. Je reconnais les faits ». « Mais pas la peine ? », relance le président de la cour d’appel. « Oui, pas la peine. J’ai décidé d’interjeter appel d’abord en pensant aux miens, pour essayer d’éviter la prison. » Une peine de prison qui ne se justifie pas. C’est, entre autres, ce que devraient plaider ses conseils la semaine prochaine. Selon eux, « la cour ne pourra déduire la gravité des faits des fonctions politiques assumées par Jérôme Cahuzac dès lors que la situation préexistait à ces fonctions ».

Jérôme Cahuzac est retourné à sa place. Le président a rappelé les faits et a suspendu l’audience. L’ancien député est reparti, accompagné de son équipe de défense, partiellement renvouvelée. Si son ancien ami Jean-Alain Michel est toujours là, c’est Éric Dupond-Moretti et Antoine Vey qui ont remplacé Jean Veil. 

Le procès se tient jusqu’au 21 février.

 

Réagissez à cet article

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
CAPTCHA visuel
Entrez les caractères (sans espace) affichés dans l'image.